Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lesbonsremedes.overblog.com

Les bons remèdes du Docteur Dandy.

Chacun son tour. Une tranchée ludique de Kantelder

Publié le 31 Mars 2014 par Dr Dandy in jeux de roles, théorie

Chacun son tour. Une tranchée ludique de Kantelder

Deuxième invité du blog, Kantelder alias le philosophe et "poilu" du jdr. En mode soldat inconnu il nous donne des nouvelles du front pour parler d'un nouveau genre de jeu de rôle: les jeux en tour par tour.

Qu'est-ce que c'est? Comment cela marche? Quel est l'intérêt? Est-ce encore du jdr? Les réponses ici.

Certains jeux de rôles proposent à leurs participants de bousculer quelques habitudes. En effet, point de discussions autour du MJ, point d'apartés, non on joue chacun son tour. J'ai eu l'occasion de jouer à 3 de ces jeux durant la dernière année et voici ci-dessous des petites réflexions.

Ton pote arrive avec un bouquin.

"Bon les gars, on va tester un jeu, j'ai pas envie d'être le seul à bosser, et de toutes façons, j'ai rien préparé. Puisque vous avez amené des chips et du coca, on va faire un effort. On va se faire un jeu de rôle, mais attends celui-là, on joue chacun notre tour, on est assez libre, le but, c'est de créer une histoire. "

- Y'a un MJ ?

- Ta gueule c'est pas le sujet du texte. Aujourd'hui, on parle de la narration au tour par tour."

Le préalable (avec exemple)

On t'a expliqué le contexte général.

Dans Inflorenza, tu joues des héros, des salauds, des martyrs dans le monde de Millevaux.

Dans Monostatos, tu joues des héros qui luttent contre l’Autoproclamé Dieu Unique Monostatos;

On t'explique un contexte plus précis afin de filer un petit coup de pied au cul à la mère Inspiration.

Dans Monostatos et Inflorenza, tu trouves des décors tous prêts.

Tu définis ton personnage.

Dans Inflorenza et Monostatos, les personnages sont définis par des phrases. Elles sont tes souffrances, tes objectifs, tes pouvoirs.

Voilà, cela a duré 30 mn - 1 heure, on se regarde et on commence. On te pointe du doigt.

Marcel, prépares toi, c'est bientôt ta scène

Ton tour arrive. Tout le monde à a table te regarde, pendu à tes lèvres, et en l'espace d'une seconde on te file la responsabilité de faire bouger l'histoire voire de l'amorcer. Tu racontes ce que fais ton personnage, tu décris l'environnement. Tu tâtonnes dans le noir, l'inspiration venant au fur et à mesure de tes paroles. Tu regardes tes camarades qui hochent la tête, en pensant comment ils vont tisser sur le canevas que t'es en train de peindre. Ils te posent des questions pour préciser davantage tel ou tels détails, tu laisses des blancs où il faut pour que les autres les remplissent, ou pour les développer à ton prochain tour.

Eh oui, y'a pas de MJ pour te dire quelle porte ouvrir, ou quel PNJ tu dois buter, non c'est toi qui décides.

Alors que tu décris une situation où ton personnage montre ses biscotos, le joueur d'en face balance : «ouais c'est pas un conflit là ?" - tout le monde acquiesce - du coup, tu jettes les dés (s'il y en a) - et narre le résultat de l'action. Pam, tu sèches, tu sais plus quoi dire. Là, tu passes la main. Au tour de l'autre de broder.

Mais, Mais …

Et oui, c'est déstabilisant, cette liberté - bercés depuis notre adolescence par la toute-puissance du Ta Gueule C'est Magique, ou du Meujeu tout puissant, on se retrouve comme un con, à créer une fiction. Putain, moi je voulais manger des chips, boire du coca, faire des digressions vaseuses et je me retrouve à créer un truc.

Du coup, je fais ce que je veux ?

Oui, t'es le maître de la mise en scène, mets-toi à la place d'un Steven Spielberg, d'un David Cronenberg, tu vas donner une tonalité qui va forcément influencer les fictions de tes camarades et vice et versa.

Non.

Car l'objectif collectif, c'est CO-HÉ-RENCE.

Y'a un contrat entre tous les participants dans ce type de jeu, t'es un de rouages d'une machine qui se met en place.

Tu es sensé savoir ce que ton personnage veut et le faire agir en conséquence.

Les règles peuvent aussi agir à plusieurs degrés sur la cohérence. Elles peuvent t'imposer un type de scènes, ou t'imposer de mettre en danger ton personnage, ou de répondre aux vétos de tes camarades.

Des règles ??? Quoi dans un jeu narrativiste (sic) ??? Mais on m'aurait caché des choses !?

Et oui, ces jeux ont des règles, qui peuvent être contraignantes mais souvent génératrices de bois pour cette cheminée de la fiction en collaboration. Surtout, surtout, y a des phrases, ou des chiffres qui définissent le perso et ces derniers sont souvent amenés à évoluer.

Boudiou, c'est bien compliqué tout ça !

Cadrer sa scène demande un certain effort, s'adapter au discours des autres et changer ses plans par rapport à la fiction (quand un autre joueur change ou ignore les pistes que tu as laissées). Ces jeux requièrent un certain abandon, de laisser couler, et d'un grand sens de l'improvisation.

Ce sont des jeux centrés sur les personnages

Votre personnage est ici un protagoniste pas forcément le héros. Mais il fait systématiquement avancer l'histoire. Ici pas de scénario d'enquête où ton guerrier va se faire chier.

La satisfaction d'une histoire bien menée

Puis à la fin quand tout prend, il y a une certaine satisfaction à avoir réussi ENSEMBLE à créer une histoire cohérente où chacun aura eu l'occasion de briller.

Petits conseils à postériori

- Posez toujours un objectif de scène à votre personnage. C'est toujours plus simple de suivre ce fil.

- Mettez votre personnage en danger

Personne ne s'intéresse à un gars qui réussit tout ce qu'il entreprend. On veut voir des gars se foutre dans la merde et puis s'en sortir ou se laisser submerger.

- N'hésitez pas à demander quand vous séchez.

Vos potes ont une autre vision que vous et peuvent vous donner des idées quand vous hésitez.

- N'en faites pas trop dans les descriptions

J'aime bien le conseil dans 3:16 - décrivez sommairement l'environnement avec les 5 sens. Cela suffit, si cela ne sert pas l'histoire, ne rentrez pas dans le détail - décrivez juste l'ambiance et l'atmosphère ;

- Tendez des perches grosses comme des baobabs à vos camarades ;

S'ils les saisissent, vous pouvez être surs que vous allez en parler longtemps de cette partie.

Enfin, Lâchez-vous.

Bon, vous allez me dire, on retrouve exactement les mêmes satisfactions dans les jeux dits traditionnels, et mes conseils peuvent s'y appliquer aussi.

Oui.

Exactement.

C'est du Jeu de Rôle.

Kantelder

Girouette ludique

Commenter cet article