Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lesbonsremedes.overblog.com

Les bons remèdes du Docteur Dandy.

SUPER HEROS: UNE HISTOIRE FRANCAISE

Publié le 26 Janvier 2015 par Dr Dandy in superhéros, inspiration, france, comics, critique

SUPER HEROS: UNE HISTOIRE FRANCAISE

Dans mon post précédent je parlais justement de la nécessité de héros français. Aujourd’hui parlons, plus spécifiquement, des superhéros francophones car le sujet est beaucoup plus riche que l’on peut le croire.

Quand on parle de super héros français on pense souvent à Super Dupont. Le personnage parodique apparaît pour beaucoup comme LA seule référence en la matière. Une référence qui se permet de se moquer de la culture prédominante américaine. Premièrement il n'est pas le premier super héros français mais il servait surtout à critiquer l'arrogance du français et sa fierté à produire du camembert et du rouge qui tâche. Gotlib était d'ailleurs un grand amateur de culture anglo-saxonne.

Pourtant la tradition des super héros français est très longue et La brigade Chimérique de Serge Lehman a permis de rétablir la vérité sur le Nyctalope et ses comparses. Idem pour le travail de Rivière Blanche sur les comics HEXAGON aka le LUG verse

Pourtant bien que caché ou ignoré, la tradition super-héroique est toujours restée vive et plonge ses racines au cœur même de notre histoire littéraire. Dans les super héros : une histoire française, Xavier Fournier (rédacteur en chef de l'excellente revue Comics Box) retrace ce parcours au travers du portrait des héros du cru qui sont parfois surprenant.

Voici un petit portrait de famille. On commence avec du lourd.

Qui suis-je ?

  • Je vole et je passe mon temps à sauver mon love interest journaliste.
  • Superman? Non.
  • -Je porte des ailes de chauve-souris et j'utilise des tonnes de gadgets.
  • Batman? Non.
  • J'ai été élevé sur île à l'aide de méthodes destinées à optimiser mes capacités physiques et mentales.
  • Doc Savage? Non.
  • Je fais partie d'une organisation anarchiste qui prône l'abolition des frontières.
  • V pour Vendetta? Non plus !
  • Je suis une super héroïne dont les aventures furent narrées dans le supplément hebdomadaire féminin d'un grand quotidien.
  • What?!?!

Vega "L'oiselle" Ortega personnage datant de 1909!

De fait le personnage est le fruit de la mode des femmes volantes qui explosait dans les cabarets. Voulant capitaliser sur cette mode le journal engagea une auteure cachée sur le nom de René d'Anjou. Elle en profita pour créer ce personnage élevé sur une île par des anarchistes pour servir leur cause qui n'hésitait pas à jouer du sabre et à sauver immanquablement un pauvre journaliste trop curieux mais admiratif de la belle. Un peu comme si on nous mettait Wonder Woman dans les pages de madame Figaro!?!

Évidemment les instances conservatrices crièrent au scandale mais rien n'y fit et la belle continua à voler et fit même des émules avant de tomber dans l'oubli.

J'aime à imaginer la ménagère du début du siècle préparer le dîner pour son mari en rêvant d'être une femme forte et douée luttant pour la justice.

Judex, le pionnier des justiciers masqués:

En 1917 Louis Feuillade lance un serial, une suite de films façon série télé mais au cinéma. L'histoire nous parle d'un homme, Jacques de Trémeuse, victime d'une injustice qui décide de se venger en adoptant l'identité secrète de Judex (le juge en latin). Chapeau a feutre, cape noire et écharpe cachant son visage, Judex est le premier vrai justicier masqué à proprement parler même s'il reste l'héritier du Comté de Monte Cristo ou Rocambole. Son look vous dit forcément quelque chose. Et pour cause! Importé aux états unis les films porteront le nom de "the shielding shadow" et inspirera directement le personnage pulp bien connu The Shadow. Mieux! Ce dernier servi d'inspiration à Bob Kane quand il créa Batman. En un sens Judex est le grand-père du justicier de Gotham !

Fantax, le vengeur musclé.

Après la guerre de 39-45 les auteurs français peuvent à nouveau ressortir des héros inspirés des comics américains. Parmi eux le plus emblématique sera Fantax. Comme le Fantôme du Bengale, Fantax est un justicier masqué sans grand pouvoir qui explore le monde pour faire régner la justice. Sous cette gueule de boxer se cache en fait un diplomate du nom de Lord Horace Neighbour. Cogneur tout sauf pacifiste on pourrait croire que le type fait tomber les belles dans ses bras virils pour mieux les jeter ensuite. Pas vraiment car le bonhomme est marié et Lady Neighbour, bien que parfois victime d’enlèvements fortuits, sait aussi donner du revolver pour aider son mari et a même, à l’occasion, endossé le costume. Fantax c’est l’icône d’une génération qui sera à l’origine du club de l’audace promouvant les idéaux de justice musclée.

Mikros, l'icône des années Strange.

Les gens de ma génération connaissent bien Mikros et sa bande. Né à l’aube des années 80 sous le crayon de Jean Yves MITTON, Mikros occupait les pages de la revue Mustang. A l’origine elle était destiné aux récits de western mais la mode est de plus en plus aux sup’héros et l’offre américaine ne suffisait plus. On demande donc à Jean Yves MITTON et Marcel Navarro de produire des héros maison. Viendront grâce à cela Mikros et le mythique Photonik. Assez rapidement les héros populaires vont rejoindre une revue bien connue des fans de comics: Titans. Cette revue qui avait vu paraitre les Star Wars, Vengeurs de la Côte Ouest ou les Nouveaux Mutants hébergea également des récits français. C'est un peu dommage que les héros de Mitton n’aient pas rejoint l'univers Hexagon, question de droits sans doute.

Le garde républicain, l'homme de demain ?

En France nous avons un problème avec le patriotisme. Revendiqué par l'extrême droite il devient difficile de se l'approprier sans passer pour un facho. En conséquence les héros patriotiques (non parodiques) sont quasi inexistants. Pour combler ce vide, Thierry Mornet (éditeur de Delcourt et grands fan de comics devant l'éternel) a ressorti un personnage inventé dans sa jeunesse: Le Garde Républicain.

Bien qu'il ne possède aucun pouvoir le Garde dispose d'un entraînement complet qui lui permet de frapper les terroristes de sa matraque ou de son sabre. Comme le Fantôme il n'est qu'un symbole derrière lequel se cache des hommes différents. Depuis que la République existe un garde se bat pour défendre les valeurs de son pays. Et pour les trois cyniques qui y verraient tout de même un symbole nationaliste sachez que la sidekick du Garde est une jeune beurette portant le costume de Marianne !

En résumé Super héros : une histoire française est une véritable encyclopédie qui développe un aspect méconnu de notre culture populaire dont je n’ai détaillé ici qu’un minuscule extrait. Je ne peux que vous encourager à (re)découvrir les Coraline, Fantômette, Masques Rouges, Nyctalopes et autres Sentinelles qui jalonnent cet ouvrage encyclopédique.

Le Coin des rolistes

Le petit plus pour nous ce sont les fiches des héros publiées dans l’ouvrage qui en font une mine d’informations directement exploitable. Comme tous ces personnages méritent d'être utilisé en jdr j’en ai chiffré quelques-uns. Le système utilisé tombe sous le sens car il reprend tout un pan de cette culture héroïque française: Hexagon Universe.

ENJOY!

Commenter cet article