Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lesbonsremedes.overblog.com

Les bons remèdes du Docteur Dandy.

STONER ROAD ou les bons remèdes de Doc Défonce

Publié le 22 Août 2014 par Dr Dandy in livre, horreur, contemporain, critique, musique

STONER ROAD ou les bons remèdes de Doc Défonce

Julien Heylbroeck est un nom bien connu du paysage roliste. En effet l’auteur a fait ses armes sur des jeux aussi bons qu’Humanydyne, Luchadores ou Warsaw. A chaque fois sa plume remarquable nous amenait joliment dans ses univers pas toujours roses. Aujourd’hui le bougre a délaissé le milieu roliste pour entrer dans le bain de la vraie littérature. Et on peut dire que l’on n’a pas perdu au change ! Fan inconditionnel de série Z et autres films de genre, il a cofondé les éditions Trash avec les frêres Darvel de Carnoplast où il nous régale de ces délires malsains mais toujours maitrisés.

Aujourd’hui il sort Stoner road chez Actu SF et change de registre mais pas trop.

De quoi ça parle donc, doc ?

Eh bien on rencontre Josh Gallows, un junkie. Mais attention ! Un vrai, un vrai expert des drogues hallucinogènes et autres qui tient tous ses amis en respect au point d’être surnommé « Doc Défonce » (aucun lien) et de passer ses journées sous acides. Seulement quand sa petite amie mexicaine se barre avec son meilleur pote pour une « generator party » où musique stoner, acides et bières coulent à flot en plein désert, il se dit que cette fille est peut-être la seule chose bien qui lui soit arrivé dans sa vie. Alors il part sur la route pour la rattraper, lui avouer son amour, lui dire qu’il arrête et qu’il veut lui faire des enfants, avoir un vrai boulot et une maison en banlieue. Sauf qu’à l’arrivée Ophélia n’est pas là. Tel un chevalier des temps modernes il va partir en quête de sa belle disparue avec l’aide d’un redneck bas du front à la recherche de sa sœur elle aussi manquante. Ensemble ils vont arpenter le sud Californien pour descendre dans un enfer qui les dépasse largement.

Le pitch est l’occasion pour l’auteur de nous emmener dans un road movie tripant dans le désert californien mêlant drogues hallucinogènes, milieu du Stoner rock (Kyuss, Queen of the Stone Age), mythologie aztèque et horreur glauque. Les références sont nombreuses : le duo fonctionne à la manière d’un buddy movie avec dialogues savoureux et entraide entre deux êtres que tout oppose, la quête de Josh prend des allures mystiques à la manière d’un Orphée descendant dans un enfer opprimant et l’Amérique peinte ici est pleine de barjots et autres « freaks » assez flippants.

En bref un récit qui sent la pisse, la bière et la sueur où l’on passe du rire à l’angoisse d’une page à l’autre à un rythme trépidant. Car en effet le livre se lit vite, très vite. J’ai été incapable de poser le livre avant de l’avoir fini. Il faut dire que le chapitrage court accompagné de musique d’ambiance aide beaucoup. Oui car Stoner Road c’est surtout un hommage à un genre musical né dans les années 90 et chaque chapitre porte comme titre une chanson que l’on pourra écouter tout en lisant le livre. Au milieu des riffs de guitare et des longues instrumentations hypnotiques on se laisse guider dans cet univers déjanté. Il y a beaucoup de mots grossiers et de scènes crues dans le livre mais je trouve que ce n’est pas outrancier, c’est justifié alors que l’auteur aurait très bien pu tomber dans la vulgarité gratuite. Ouf !

Et ton avis au final ?

Sans hésitation Stoner road est un livre sympathique qui se lit d’une traite comme une bière tiède durant un concert de métal. On ne criera pas au génie littéraire mais bien au bon goût d’un auteur qui ne se la raconte pas et nous offre une intrigue et une ambiance solide et palpable. Je le conseille donc sans hésiter.

Bonus : le coin des rolistes.

Le livre présente une intrigue clé en main pour du jeu de rôle contemporain occulte un peu glauque.

Sans doute un hasard mais j’ai beaucoup pensé à Americana, le burst contemporain qu’Yno prépare actuellement pour les éditions John Doe. Intéressant que les deux auteurs soient de vieux complices. Sinon deux noms viennent à l’esprit très rapidement : Kult pour son côté horrifique et ses réalités parallèles accessibles aux plus fous (ou plus drogués en l’occurrence) et Unknown Armies où toutes les formes de magies sont possibles et où il ne faut jamais croire réellement ce que nous disent nos sens. Si vous voulez dépayser vos joueurs piochez allègrement dans cet ouvrage !

Bonus 2: la playlist

Un petit malin a eu la bonne idée de compiler les morceaux proposés dans le livre sur Youtube. Profitez en pendant la lecture où écoutez la pour le plaisir pour vous faire une idée de l'ambiance.

ENJOY !

Commenter cet article