Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lesbonsremedes.overblog.com

Les bons remèdes du Docteur Dandy.

Stormwatch Team Achilles

Publié le 27 Juillet 2012 par Dr Dandy in bandes dessinées

Stormwatch Team Achilles

Stormwatch Team Achilles

Un comics très sympa qui mérite que l’on s’y attarde.

Rappelons les évènements précédents :

En 1998 A la suite d’un banal crossover entre les Wildcats et les Aliens (les vrais), les fans découvrent que Warren Ellis a décidé de tuer l’intégralité de la super-équipe de Stormwatch alors qu’il était l’architecte du succès de la série. L’épisode s’achève quand les derniers survivants apprennent que la super-équipe ne sera pas renouvelée par l’ONU ni que la station orbitale détruite ne sera reconstruite faute de moyens.

Mais l’auteur c’était finalement servi de cet évènement pour sortir une nouvelle série du nom d’Authority. Nous en reparlerons car cette série a eu de nombreuses répercussions, notamment celle d’avoir servi de modèles aux Ultimates de Marvel, eux-mêmes modèles pour les Avengers du film.

Mais les choses ne pouvaient en rester là et c’est en 2002 qu’apparait la nouvelle mouture de l’équipe internationale travaillant pour l’ONU. Mais les choses ont bien changés depuis.

Le pitch ? Les moyens alloués sont bien moindres et les officiels ne font plus confiance aux super-héros pour se gérer entre eux. L’équipe ne sera donc composé que d’humains sans pouvoirs, entraînés et expérimentés dans la lutte contre les super-humains.

Les auteurs sont Micah Ian Wright, un nouveau venu dans les comics qui a la particularité d’être un ancien ranger américain ayant servi au Panama et connu pour ses positions contre l’interventionnisme américain dans le monde. Le dessinateur est Whilce Portacio, emblématique des années 90 et connus pour ses personnages bodybuildés à l’extrême qui convient bien à des séries viriles comme STA.

Dès le départ de la série, l’auteur nous annonce la couleur. Alors que l’équipe n’est pas encore officialisée, le responsable Ben Santini et son ami Blake Coleman apprennent que le siège de l’ONU est occupé par des super-terroristes musulmans (genre cyber-talibans) et des mercenaires surhumains. Les deux hommes vont pénétrer dans leur base située dans les sous-sols du bâtiment, éliminer un des preneurs d’otages à mains nues, récupérer du matériel, ramener les autres membres de l’équipe et sauver les otages. Le deuxième épisode s’achève alors que l’équipe découvre que la personne derrière l’assaut est Ivana Baïul, une garce cybernétisée bien connue des fans de GEN 13, et se débarrasse du conseil de sécurité secret des nations unies qui manipulait l’ancienne équipe. On devine Kadhafi dans l’un des membres.

Le ton de la série est détonnant mêlant action à la testostérone et critique du régime de Bush jr. Les héros de la série vont vite se retrouver confrontés à Ivana qui deviendra la responsable de la sécurité nationale des USA et au sénateur Stern, modèle du républicain cynique et ultralibéral. Il faut se rappeler que la série a débuté en octobre 2002. Bush est alors au fait de sa popularité et les Etats unies se préparent à la guerre en Irak. Wright va même jusqu’à dénoncer Poutine et sa politique envers la Tchétchénie.

Sur le plan fictif, la série est un vrai défi. Comment de simples humains (même entrainés et équipés) vont être en mesure d’affronter des tanks vivants ou des télépathes surpuissants ? En se préparant et usant de stratégie. Les options pris par Ben Santini sont dénuées de manichéismes et sont particulièrement retors. Comme il le dit très justement dans le premier épisode : « Nous ne sommes pas des super-héros. Nous tuons les super-héros. »

Le point culminant de la série va mener à la confrontation avec l’équipe de The Authority qui prendra une sévère raclée grâce à l’extrême préparation et au travail d’équipe des membres de Stormwatch.

Parmi les personnages marquants de la série ont retrouvera Jukko Hämäläinen, un finnois. Dans l’univers Wildstorm, la Finlande a perdu la quasi-totalité de ses habitants suite à l’avènement au pouvoir d’un surhumain qui a lancé un programme de purge et de transformation de l’intégralité de la population en surhommes. Jukko lui-même a survécu mais a récupéré un pouvoir maudit, celui de ressentir la douleur des autres. Avec les 1000 autres survivants ils décidèrent de faire du pays une nation d’accueil pour tous ceux qui accepteront deux simples règles : apprendre le finnois et n’accepter aucun surhumain à l’intérieur du pays, pas même les 1000 survivants. Le personnage défiguré et taciturne est un expert de la lutte et du corps à corps contre les surhommes. Une activité plutôt risquée.

Mais l’équipe ne restera pas exclusivement composée de simples humains. Peu à peu le côté anti-surhumain de Santini apparaitra nuancé quand nous verrons qu’il emploiera également un espion aux pouvoirs de caméléons et dotés d’hypersens, un changeforme, un jeune télépathe ou même l’africaine indestructible Flint, survivante de la précédente équipe.

Les ennemis de l’équipe seront également emblématiques avec Ivana Baïul, qui sera tour à tour Némésis puis alliée de circonstance de Santini, ou le Citizen Soldier, un clone de Captain America, qui mènera une croisade contre le gouvernement américain.

La série fera polémique jusqu’à son arrêt soudain au numéro 23. En effet l’éditeur DC comics n’appréciera pas beaucoup les révélations de Micah Ian Wright qui avouera n’avoir jamais été soldat !

Le coin des rolistes : Que peut apporter cette série en jdr ?

Tout d’abord des idées sur comment mener une équipe de soldats face à des menaces beaucoup plus fortes. On peut imaginer une équipe come cela dans un contexte à la GI Joe en utilisant Spycraft ou Mutants and Masterminds.

Pour un meneur de jeu de super-héros, il pourra utiliser une force « anti-surhumains » à opposer à ses pjs. Rien de plus frustrant que de se faire botter les fesses par des adversaires « inférieurs ».

Dans le contexte d’Humanydyne j’ai conçu le GIPAM, sorte de GIGN anti-métas venant faire le ménage à la place des pjs si ceux-ci n’arrivent pas à arrêter les supervilains à temps.

Il n’existe qu’un tome en VF sorti chez Semic en 2004 et regroupant les épisodes 0 à 6 et deux TPB en VO jusqu’au N°12.

Bonne lecture !

L'équipe à la fin de la série

L'équipe à la fin de la série

Commenter cet article