Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
lesbonsremedes.overblog.com

Les bons remèdes du Docteur Dandy.

Coming Out / Moi Roliste.

Publié par Dr Dandy

Voici mon témoignage écrit à l'occasion de l'initiative d'Alias face aux attaques de mouvements chrétiens sur ce loisir bien innocent.

Ma première fois c’était en 1996, l’année du bac. Le cours de math de monsieur S. était soporifique et Paul, mon voisin, me propose un jdr pour faire passer l’heure. Un dé à 6 faces et un crayon plus tard, me voici, l’épée à la main, en train de parcourir une forêt aux milles dangers. Paul me raconte alors ses parties d’Advanced Donjons et Dragons et de son prêtre nain qui luttent avec ses compagnons contre le Mal élémentaire et des hordes démoniaques.

C’est la révélation ! Je découvre sur la tard (18 ans !) un loisir qui me correspond. Toutes ces années d’adolescences à lire seul dans ma chambre, à imaginer des mondes et des aventures pour des personnages que j’ai créé dans ma tête pour supporter mes moments de solitude trouvent enfin un sens : je voulais faire du jeu de rôle mais je ne savais même pas que cela existait !

Avant même la première partie j’avale les 400 pages du livre de base et ses règles qui me paraissent indigestes 15 ans après. Il me faut un personnage, ce sera Flint, un gnome pirate quelque part entre les pirates de l’île aux trésors et Bilbo le hobbit. La première partie a façonné mon approche du jeu, les autres sont plus forts, plus spécialisés, mon personnage sera donc polyvalent et support de l’histoire, pas de compétition mais l’idée d’avancer en équipe.

Peu de temps après, je n’ai aucun mal à convaincre mon frère de venir jouer avec nous. Lui qui rêve d’être un chevalier en armure va pouvoir assouvir ses rêves en incarnant un chevalier vaillant et courageux.

Les mois s’enchainent et j’obtiens le bac sans gros problème. Je vais perdre Paul de vue et il arrêtera AD&D car l’existence de la magie dans le jdr est incompatible avec ses convictions religieuses. Je le reverrais des années plus tard, père de trois enfants et marié. Il menait des parties de jeu de rôles historique à l’époque de Jeanne d’Arc. De mon côté je continue avec d’autres joueurs.

Mes parents s’inquiéteront de ce nouveau loisir (c’est la période où Mireille Dumas fait une émission « à charge » sur les dérives des rolistes et de l’hypothèse que les profanations de Carpentras sont le fruit d’une partie qui aurait mal tournée) et me mettront en garde contre tout embrigadement dans une secte. Mon frère et moi on en rigole ; difficile de voir dans nos après midi autour d’une table à rigoler et boire du coca entre jeunes une quelconque méthode de recrutement pour un mouvement sectaire. Des années plus tard nos parents nous avoueront qu’à la fin des années 80 ils avaient été invités par des amis férus d’ésotérisme à une soirée sur l’occulte. La soirée en question n’était qu’une invitation à rejoindre le Temple Solaire, mouvement de sinistre mémoire…

Après l’été 1996 il eu d’autres jeux où nous étions tour à tour vampires en quête d’humanité, anges incarnés en lutte contre des démons, cowboys dégommant à coups de colt des hordes de zombis ou bien super-héros empêchant une invasion extra-terrestre.

Mais ce que m’a apporté le jeu de rôle c’est surtout des amis qui me sont chers. Quentin fut mon témoin de mariage, Sébastien le parrain de ma fille et je peux passer des heures à discuter au téléphone avec Benjamin et Nicolas. Aujourd’hui nous partageons beaucoup plus qu’une passion.

Il y a aussi les autres membres de la communauté roliste avec qui j’échange sur internet ou de vis-à-vis. Des instituteurs, des chômeurs, des étudiants, des cadres, graphistes et aussi les auteurs eux-mêmes, si prolifiques et si accessibles pour discuter avec nous de leurs travaux. De mon côté je fais en sorte d’apporter ma pierre en écrivant des histoires ou des aides pour les jeux qui me plaisent.

Mes envies ? Pleins de choses dont un univers inspiré par les anges ou de la science fiction « positive » pour changer des mondes où le futur est sinistre et désespérant.

Initier du monde aussi et faire en sorte que les jeunes décollent de la télé et des jeux vidéos pour réapprendre à rêver.

Photo d'une partie de jeu de rôles avec des non/malvoyants.

Photo d'une partie de jeu de rôles avec des non/malvoyants.