Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lesbonsremedes.overblog.com

Les bons remèdes du Docteur Dandy.

Les différentes facettes du meneur

Publié le 6 Avril 2016 par Dr Dandy in théorie, MJ, Jeux de rôles, maîtrise, meneur de jeu, joueurs

Les différentes facettes du meneur

L’autre jour, je lisais un article dans un cadre professionnel sur les différents types de managers. Le document décrivait surtout des types de responsables dans leurs rapports à leurs subordonnés. J’ai réfléchi à la question et me suis rendu compte que, moyennant une certaine adaptation, l’on pouvait adapter le schéma pour différencier le comportement des meneurs de jeux vis à vis de leurs joueurs.

Démonstration

Le Showman

Lui c’est le Conteur. Il aime les toboggans, l'ambiance et la mise en scène. Son dada c’est l’immersion, le « roleplay ». Il prépare beaucoup ses parties car il veut en mettre plein la vue à ses joueurs ébahis.

Les risques: si on voit les ficelles ou que c'est trop dirigiste on risque de lâcher le pop-corn et de consulter son portable.

Pour qui: les joueurs adeptes de l'immersion, et qui n'ont pas peur de laisser le meneur les diriger pour vivre pleinement l'histoire.

Les jeux fétiches: Americana, l'appel de Cthulhu, Vampire, Nephilim.

Le conseil: 90% des conseils disponibles sur internet ou les revues spécialisées concernent les Showmen. Je ne dirais qu'une chose : soyez clairs sur vos intentions. Surtout si vous devez passer en mode cinématique au risque de frustrer vos joueurs.

Son côté obscur : le tyran.

Il est insupportable, il sort son TGCM à tout va et exerce son autorité (qu'il invoque ad nauseam) sur les joueurs sentorettes. Face à un joueur un peu rebelle, ça finit en Rage-Quit délirant. Les tyrans montent souvent des groupes de joueurs dociles – sentorettes qui vont suivre gentiment ses délires. Il peut même se montrer cruel et arbitraire « pour le bien de l’histoire ». Pour le bien de son Ego oui !

Le Supporter

Lui est fan des personnages et cherche à les mettre en lumière. Il fait toujours en sorte de proposer des choses intéressantes quitte à oublier son scénario. De toute façon, il privilégie le bac à sable et cherchera le fun avant tout. Véritable joueur de basse il donne le tempo et s'adapte tout en restant maître du cadre de jeu. Il est particulièrement apprécié des powergamers et des joueurs cherchant à se faire plaisir avec leur personnage.

Le risque: il peut se montrer généreux et rendre la partie un peu facile aux joueurs qui pourront perdre leur intérêt devant tant de facilité et si peu d’enjeux.

Pour qui: les joueurs un peu sales gosses qui aiment gagner et se faire plaisir avec leur perso.

Ses jeux fétiches : donjons et dragons, spirit of the century et autres jeux fate, Star Wars.

Les conseils : lisez les outils bac à sable qui permettent d'amener un maximum de choses pour les personnages. Stars without number, Apocalypse World, la Fate Adventure Sheet. Structurez vos cadres de jeu en étudiant un maximum les feuilles de personnages et leur background.

Son côté obscur : le mou.

Lui est fan des joueurs, ou ce sont juste ses potes et ne veut pas, les contrarier. En vrai Yes man il dit oui à tout et sert la soupe à ses joueurs qui en abusent sans vergogne. Parfois sur le dos des autres joueurs. Et pour être sûr d'arranger les choses, il leur dira oui encore une fois. Peu importe que toute sa préparation passe à la trappe, il veut être sûr que les joueurs soient satisfaits. Le seront-ils un jour ?

L'homme-orchestre

Polyvalent, il s'adapte à toutes les situations. Les joueurs partent à l'autre bout du monde ? Pas de soucis, il aura toujours quelque chose à proposer. Maître de l'improvisation il sait que cela se prépare et est toujours partant pour une partie sur le pouce.

Le risque : mal préparé ou à court d'idées, il peut tomber dans le cliché éculé et compter sur ses talents pour retomber sur ses pattes devant des joueurs fronçant les sourcils devant tant de facilité.

Pour qui: des joueurs qui apprécient avant tout la liberté que permet le jeu de rôle. Ils aiment que l'on suive quand ils, prennent des initiatives et savent se montrer créatifs en toute occasion.

Ses jeux fétiches : des jeux simples dans leur approche. Ins / MV, Wartburg et autres jeux FU, etc.

Le conseil: nourrissez votre imaginaire et prenez des notes quand des idées vous paraissent intéressantes. La méthode du Doc Dandy sera votre allié de même que le "Dandy Express". Enfin, étudiez des ouvrages sur l'improvisation théâtrale qui pourront vous être précieux.

Son côté obscur: La flemmasse.

Il ne fait rien et sa préparation se cantonne à trois idées pondues sur un post-it. En partie, il s'arrange pour en faire le moins possible et si la partie s'embourbe il envoie les ninjas (rien de tel qu'un combat pour réveiller tout le monde et combler la soirée). Les joueurs ne sont pas dupes mais comme dirais l'adage "au moins on joue".

Le démocrate.

Il a bien compris que le jdr est une histoire collaborative et compte sur ses joueurs pour avancer leurs idées. Adepte des jeux indies forts en narration partagée sollicite beaucoup les joueurs pour être surpris de voir l'univers se créer sous ses yeux.

Le risque: face à des joueurs peu habitués à ce genre de pratique cela peut coincer.

Pour qui: des joueurs en mode auteurs, souvent des meneurs eux-mêmes qui apprécient participer à la création du monde qui entoure leur personnage.

Les jeux fétiches : Apocalypse World et les autres jeux propulsés par l'apocalypse, on Migthy Thews, etc.

Le conseil: gardez à l'esprit que le rôle du MJ est de faciliter et encourager la création collective. Il ne s'agit pas d'être directif, mais d'aider les joueurs à saisir l’esprit de l’univers de jeu pour ne pas partir dans le nawak.

Son côté obscur : il n'y en pas. Généralement lassé du ton paternaliste derrière le rôle de meneur traditionaliste, le démocrate bascule dans les jeux sans me ou à MJ tournant. Pas besoin de techniques spéciales pour jouer à Fiasco...

Mais Doc!?! Je te tiens là ! Tu nous donnes de parfaits, exemples de ce qu'est un bon et un mauvais MJ ! Ah ah !

Ah, ah ! Non. Car comme on peut le voir ici un mauvais MJ sera surtout un meneur qui ne répond pas aux attentes de joueurs. De plus on retrouve souvent des comportements types chez untel ou untel. De plus nous pouvons adapter notre comportement. Naturellement je suis plutôt « supporter » mais avec des affinités aussi pour le comportement « homme-orchestre ». Et je travaille à être plus à l’aise dans la peau du « Showman ». Quant aux « cotés obscurs », ils sont souvent le fruit d’un manque d’expérience de la part de la personne. Dans le pire des cas c’est juste un con(ne), caractéristique qui dépasse de loin la pratique du jdr.

En somme découvrez à quelle catégorie vous appartenez et soyez en fier ! Ensuite vous pourrez travailler à trouver les joueurs qui n’attendent que vous !

ENJOY !

Commenter cet article

saerzin 07/04/2016 08:18

merci pour ce très bon article!